Nos élus

Les agronomes Michel Montpetit et Caroline-Joan Boucher ont été élus par acclamation au poste de président et de vice-présidente de l’Ordre des agronomes du Québec.

 

Michel Montpetit, agr. - Président de l'Ordre des agronomes du Québec

Chères consœurs, Chers confrères,

Étant fils d’agriculteur, j’ai choisi de devenir agronome pour faire grandir l’agriculture et relever de nombreux défis. Aujourd’hui, après 36 ans de vie agronomique, si je présente ma candidature pour la présidence de l’ordre des agronomes, c’est encore par passion pour l’agriculture et les gens qui y travaillent.

Au cours de ma carrière, je me suis impliqué à l’OAQ à différents niveaux durant une dizaine d’années au total. J’ai été président de la section Montérégie et administrateur de l’OAQ au cours des trois dernières années. De plus, à l’OAQ j’étais aussi président du comité finances, audit et ressources humaines ainsi que membre du comité de gouvernance. Ces dernières implications me permettent donc de bien connaitre les différents dossiers et enjeux actuels pour y avoir été directement impliqué.

Voici mes quatre grandes priorités si je suis élu à la présidence :

  1. Protection du public
    Comme la protection du public est la raison d’être de notre ordre, je vais m’assurer que les différents mécanismes et outils en place soient le plus efficients possible pour bien remplir notre rôle d’ordre professionnel. Notamment, la formation continue étant un élément important pour la protection du public, je vais faire en sorte que des formations de pointe et constamment renouvelées soient accessibles à nos membres afin de maintenir le haut standard de leurs compétences.
  2. Modernisation de la loi
    La modernisation de notre loi est un très gros chantier dans lequel l’OAQ a investi beaucoup de temps et d’énergie, particulièrement dans la dernière année. Cette modernisation de la loi est souhaitable, entre autres, pour nous assurer que celle-ci encadre correctement l’agronomie telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui. L’agriculture a beaucoup évolué et le travail des agronomes également. La nouvelle loi nous permettrait aussi de faire certaines modifications au niveau des sections afin de réduire au maximum le travail administratif et ainsi permettre à celles-ci de concentrer leur énergie sur l’organisation d’activités de formation et de visites professionnelles pour les agronomes.
    Je vais faire tout ce qui est possible, en partenariat avec le conseil d’administration, pour faire progresser cette modernisation de notre loi afin que nous puissions en bénéficier le plus rapidement possible.
  3. Gestion administrative efficiente
    Beaucoup de choses sont imposées aux différents ordres professionnels et ce, sans égard au nombre de membres qui les composent. En ce sens, nous devons remplir toutes ces obligations le plus efficacement possible afin de maintenir les cotisations le plus bas possible. Un nouveau directeur général sera en place le 15 avril prochain pour remplacer M. Éric Dagenais qui prend sa retraite. Ce dernier a fait un excellent travail afin d’optimiser les opérations. Ainsi, en collaboration avec le conseil d’administration et le nouveau directeur général, je vais voir à ce que l’efficience des opérations administratives demeure optimale.

Le rôle d’un président est bien sûr d’être le porte-parole du conseil d’administration sur les différents sujets et enjeux où l’OAQ doit être présente. De plus, le président doit présider les séances du conseil d’administration. A ce niveau, je vais m’assurer que les réunions du conseil d’administration soient les plus efficaces possible pour faire évoluer les dossiers. La contribution optimale de chaque administrateur sera pour moi une priorité, car la force d’un conseil d’administration est la somme des éléments qui le compose.

Enfin, l’automne dernier, le conseil d’administration et certains membres de la permanence ont tenu un « lac à l’épaule » afin d’élaborer un plan stratégique et établir les grandes orientations des prochaines années. Un comité devra être formé prochainement pour travailler à finaliser ce plan stratégique. Je vais m’impliquer avec ce comité afin que nous ayons, pour le début de la prochaine année, un plan stratégique en place pour guider les travaux du conseil d’administration.

  1. Rôle et fierté d’être agronome
    L’agronome joue un rôle très important dans notre société et, trop souvent, l’étendue de ce rôle est sous-estimée par le public. La profession d’agronome n’est pas très connue de la population et, malheureusement, elle a été propulsée sur la place publique au cours des dernières années, mais pas de la façon la plus souhaitable. À ce sujet, le sondage qui a été fait en 2022 indique que la population en générale a une meilleure opinion des agronomes que ce que pensent les agronomes.

    Au cours de mon mandat à la présidence de l’OAQ, je veux accorder une grande priorité à redonner aux membres une plus grande fierté envers notre profession. Faire connaitre notre professionnalisme et notre éthique de travail à la population, ainsi qu’aux différents intervenants et partenaires de la chaine agroalimentaire sera au centre de mes préoccupations. Chaque agronome devrait d’ailleurs signer avec son titre d’agronome. S’afficher en tant qu’agronome devrait être un réflexe naturel lorsqu’il donne une conférence, prend la parole en public, écrit dans un journal ou dans tout autre médiat de communication.

Constat des dernières années : 

Les consommateurs s’inquiètent non seulement de la qualité des aliments qu’ils consomment, mais aussi de la façon dont ils sont produits. Les consommateurs nous demandent d’utiliser notre science et nos connaissances afin de produire des aliments sains et nourrissants tout en préservant nos ressources.
De leur côté, les agriculteurs continueront à faire face à de très grands défis pour les prochaines années. Les dernières prévisions économiques font état d’une très grande pression financière sur leurs entreprises pour les années à venir. Les agriculteurs devront encore une fois trouver le moyen d’être le plus efficient possible pour continuer à produire des aliments de grande qualité au meilleur coût possible.
L’agronome est l’accompagnateur incontournable des producteurs d’aujourd’hui pour remplir le mandat que nous donnent les consommateurs. Il n’en tient qu’à nous, chers agronomes, de travailler ensemble, peu importe notre allégeance ou notre champ d’intervention dans la chaine de production pour remplir ce mandat de la population.

C’est ensemble que nous ferons évoluer l’agronomie et je souhaite, en prenant la présidence de l’Ordre des agronomes, le faire en équipe avec vous tous.

Michel Montpetit, agr., MBA

Caroline-Joan Boucher, agr. - Vice-présidente de l'Ordre des agronomes du Québec

Chères consœurs,
Chers confrères,

J’ai le plaisir de vous proposer, à nouveau, ma candidature à la vice-présidence de l’Ordre des agronomes, dans le but de m’impliquer à sa mission, soit la protection du public.

L’agronomie représente un domaine des plus stimulants du fait de sa constante évolution afin de permettre une amélioration des pratiques agronomiques mais également de par ses différents domaines d’activités.

Nous avons la chance de représenter une profession enviable et d’une importance souvent remise en arrière-plan. Par sa mission, l’Ordre des agronomes est au cœur de notre société et il doit être le gardien mais également le protecteur de nos ressources eau, air et sol pour les générations futures.

Pour moi, faire partie du conseil d’administration me permettra de m’investir à la profession d’agronome en élevant la reconnaissance des différents secteurs d’activités pour chacune et chacun d’entre nous. C’est une chance de modeler notre profession afin que celle-ci soit un incontournable dans notre société.
Plusieurs dossiers poursuivent leurs cheminements respectifs. Bien que le processus de la modernisation de la Loi sur les agronomes ne soit pas encore terminé, la Consultation nationale sur le territoire et les activités agricoles qui s’est amorcée, les stratégies phytosanitaires, les modifications règlementaires, etc., il nous faut être au premier rang avec les productrices et producteurs agricoles pour nourrir le Québec de demain.

L’application des recommandations du Comité de l’indépendance professionnelle concernant les actes des agronomes, guidé par l’intégrité et la transparence, sera encore un dossier sur lequel nous devrons travailler. Nous devrons regagner la confiance du Public en continuant le travail amorcé et les efforts concernant la déontologie et l’éthique.

L’Ordre des agronomes, avec ses membres, se doit d’être un pionnier de l’évolution des pratiques des secteurs agricoles et agroalimentaires au Québec. Les productrices et producteurs agricoles vivent des moments difficiles et ont besoin de notre profession afin de les accompagner dans les enjeux de changements climatiques, d’agriculture durable, etc. Il sera un devoir de procéder à un éventail de formation afin de nous assurer de notre compétence à relever les nouveaux défis.

Pour y arriver, nous devrons collaborer, l’interdisciplinarité (le génie, l’économie, la gestion, la technologie des aliments, les sols, l’environnement, la foresterie, les sols, les végétaux, production animale, la recherche et la formation etc.) sera essentielle à la réussite de notre vision et de nos actions.

Je m’engage, au long de mon mandat qui me sera confié au poste de vice-présidente, à être au service des membres de l’Ordre. C’est tous ensemble, que nous pourrons relever les prochains défis de notre société.

Bien que guidé par différentes valeurs (intérêt du public, engagement, intégrité, transparence et collaboration) l’Ordre des agronomes du Québec se doit d’être exemplaire dans la communication entre ses membres et avec le public.

Je vous encourage à vous impliquer afin de faire valoir votre opinion et votre intérêt envers les dossiers qui seront travaillés au cours des prochaines années. S’impliquer dans l’Ordre, c’est contribuer à faire évoluer notre profession, l’améliorer et en même temps la valoriser.

En fait, nous sommes bien les médecins de la terre!

Caroline-Joan Boucher, agr.
Candidate à la vice-présidence